« Il était une fois, dans un pays lointain, un valeureux seigneur et une noble princesse… Il était une autre fois, dans un pays pas si lointain, un roi félon à la tête de ses troupes… Il était une fois, ici, chez nous, une dynastie fabuleuse et des vedettes de l’histoire : Richard Cœur de Lion, Aliénor d’Aquitaine, ou encore le roi Arthur.

Il était une fois des contes et les légendes qui nous racontent le Moyen Âge, un Moyen Âge souvent fantasmé. La légende offre une autre manière d’appréhender un monde qui nous fait rêver : la démarche est d’autant plus légitime qu’il y a mille ans déjà, les souverains du Moyen Âge utilisaient déjà les légendes pour asseoir leur pouvoir. Au temps des troubadours, il y avait de la propagande et de la communication politique qui n’avait rien à envier à celle d’aujourd’hui : les souverains du Moyen Âge se revendiquaient du roi Arthur comme les nôtres se revendiquent du général de Gaulle.

Dans la première partie de l’émission nous recevons le docteur en histoire médiéval, professeur en classes préparatoires littéraires au lycée Château Briand de Rennes Amaury Chauou, il est notamment l’auteur de L’Idéologie Plantagenêt et de Les Plantagenêts et leur cour (1154-1216).

Les historiens britanniques utilisent souvent le terme de Commonwealth​, qui est anachronique, mais qui est plus proche de la réalité que notre terme d’Empire. Si on veut retenir la base latine du terme d’ ​ imperium​, il y a bien une gouvernance unique qui s’attache à une personne, celle d’Henri II. C’est pour cela qu’on trouve des historiens français qui parlent d’empire personnel, pour bien poser des restrictions sur le terme “d’empire Plantagenêt”. C’est avant toute chose, un condominium, un assemblage, un agrégat […] de terres, de droits, de revendications qui convergent vers un seul homme […] sur un territoire qui s‘étend des confins de l’Ecosse jusqu’au piémont des Pyrénées. Amaury Chauou

L​’accession d’Henri II au trône d’Angleterre n’est pas aisée : il faut refermer une période de guerre civile qui a été houleuse, meurtrière et qui a durée de 1135 à 1153. Il faut aussi un faire-valoir, car Henri II n’est que duc et comte en France. Par rapport au lignage capétien avec des ancêtres prestigieux […], il y a un déficit du côté d’Henri II. Et puis il faut bien voir qu’à l’échelle de l’Angleterre même, l’histoire tumultueuse de l’île, a fait vivre sur le même territoire des peuples qui au départ sont très différents des uns des autres. Entre les anciens Bretons, les Saxons qui sont majoritaires, des éléments danois et des normands […]. ​ Il s’agit de continuer à produire de la synthèse en Angleterre. Amaury Chauou

En seconde partie d’émission nous recevons William Blanc, historien médiéviste spécialiste des cultures populaires, il est notamment l’auteur de Winter is coming, une brève histoire politique de la fantasy et du Roi Arthur. Un mythe contemporain.

Le XIXème siècle est ce que l’on pourrait appeler la première vague de médiévalisme, avec des gens comme Walter Scott qui vont faire beaucoup pour créer ce Moyen-âge. […].On est dans une ré imagination du moyen âge au XIXème siècle, mais ce qui va être clé pour le mythe arthurien, ce n’est pas tant le XIXème siècle en Angleterre, que le XXème siècle américain, où c’est vraiment la culture pop américaine qui va beaucoup diffuser et utiliser ce mythe arthurien. » William Blanc

Sons diffusés : 

  • Extraits de Kaamelott, d’Alexandre Astier : Saison 1, épisode 18, “La forme du Graal »
  • Bande annonce du dessin animé Merlin l’enchanteur, de Wolfgang Reitherman, 1963
  • Extrait du film Le lion en hiver, de Anthony Harvey, 1968
  • Générique de la série Game of throne, par David Benioff et D. B. Weiss

Musique : Fever de Balthazar

Générique de l’émission : Origami de Rone

Emission Le Cours de l’Histoire diffusée sur les ondes de France Culture, le mercredi 18 septembre 2019.

Production : Xavier Mauduit ; Production déléguée : Anaïs Kien ; Avec la collaboration de : Marion Dupont, Camille André, Anne-Toscane Viudes ; Réalisation : Thomas Jost, Peire Legras