Mahaut d’Artois (1270-1329). La plupart d’entre nous s’en souviennent sans doute sous les traits de l’actrice Hélène Duc qui l’a interprétée lors de la première adaptation télévisée (1972) de la série de roman de Maurice Druon, Les Rois Maudits (1955-1960). Mais qui est la femme qui se cache derrière l’intrigante acariâtre des romans qui tient la dragée haute à Philippe le Bel ? Pour en savoir plus, Fréquence Médiévale a le plaisir de recevoir l’historienne Christelle Balouzat-Loubet, maîtresse de conférences à l’Université de Lorraine, qui vient d’écrire une très belle biographie consacrée à Mahaut d’Artois publiée par les éditions Perrin.

Bonne écoute :

Merci, pour le montage, à l’Artésien de cœur Exomène, toujours fidèle au poste.

Mahaut d'Artois, une femme de pouvoir.

« La premiere biographie de la plus emblématique femme de pouvoir du Moyen Age : Mahaut d’Artois. Le destin de Mahaut, comtesse d’Artois et de Bourgogne, immortalisé par les écrits de Maurice Druon et par deux fois porté à l’écran, est remarquable. Petite-nièce de Saint Louis, cousine, marraine et belle-mère de roi, Mahaut d’Artois est en effet l’un des plus puissants personnages du royaume de France dans la première partie du XIVe siècle.
Éduquée à la cour, elle accède en 1302 à la tête du comté d’Artois, un apanage sur lequel elle impose son autorité à l’aide d’un entourage fidèle et compétent. Elle doit cependant faire face à plusieurs contestations et, surtout, aux ambitions de son neveu Robert d’Artois qui menacent sa légitimité. Le scandale de la tour de Nesle, la révolte nobiliaire, l’accusation d’empoisonnement dont elle fait l’objet, la mort de son fils, héritier du comté, sont autant d’épreuves qu’elle surmonte pour conserver sa place sur l’échiquier politique. L’ampleur de son mécénat et de ses œuvres de piété contribue également à faire de Mahaut d’Artois, contemporaine des « rois maudits », une personnalité d’exception. Christelle Balouzat-Loubet lui rend ici toute sa lumière, délaissant le fantasme pour nous donner à comprendre la réalité d’une femme de pouvoir au Moyen Âge. »

William Blanc