Berthe « au Grand Pied », Hildegarde, Judith… Derrière ces noms parfois colorés (et des surnoms souvent inventé bien après) se cachent de grandes aristocrates carolingiennes qui, loin d’être de spectatrices, ont parfois été des actrices importantes dans la vie politique de l’empire des descendants de Charlemagne. Pour les découvrir, nous sommes allés poser quelques questions à l’historienne Geneviève Bührer-Thierry, professeure d’histoire à l’université Paris 1 et directrice du Lamop.
Bonne écoute :

Merci à Exomène pour le montage.

Pour en savoir plus, deux beaux articles de notre invitée consacrés aux carolingiennes :
« Femmes et patrimoines dans le haut Moyen Âge occidental. Nouvelles approches », Hypothèses, 2005/1 (8), p. 323-331.
« Les femmes et la terre. Transmission des patrimoines et stratégies sociales des familles dans l’aristocratie du monde carolingien (VIIe-Xe siècles) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 8 | 2004, mis en ligne le 14 mars 2007.

Enluminure de Judith, une des reines carolingiennes
Judith, reine carolingienne, dans la Chronique des Guelfes (1190), abbaye de Weingarten

William Blanc
———