Catégorie : Art médiéval

Fréquence médiévale : la danse au Moyen Âge

Comment danse-t-on au Moyen âge ? Qui danse, et quoi ? Autant de fascinantes questions qui nous ont poussés à inviter au micro de Fréquence médiévale Adrien Belgrano, doctorant en…

Comment danse-t-on au Moyen âge ? Qui danse, et quoi ? Autant de fascinantes questions qui nous ont poussés à inviter au micro de Fréquence médiévale Adrien Belgrano, doctorant en histoire médiévale qui consacre sa thèse à la question. Avec lui, vous serez surpris d’apprendre, comme nous, que les moines et les prêtres dansaient (eh oui !)
Bonne écoute :

Adrien nous a également conseillé cette vidéo d’une troupe reconstituant une danse de cour de l’Italie du XVe siècle :

Merci à Exomène, le pogoteur de la cour bourguignonne, pour le montage.

La danse au Moyen âge sur une peinture murale.

William Blanc

Aucun commentaire sur Fréquence médiévale : la danse au Moyen Âge

Game of Thrones : retour aux sources

Quel est le lien entre cette image tirée de Game of Thrones ci-dessus et cette enluminure médiévale du XVe siècle ? Pour le savoir, il vous suffit de télécharger, en…

GOT_daenerys_dragon

Quel est le lien entre cette image tirée de Game of Thrones ci-dessus et cette enluminure médiévale du XVe siècle ?

saint_clement_dragon

Pour le savoir, il vous suffit de télécharger, en cliquant ici ou sur l’image ci-dessous, l’article « Le Trône de fer – retour aux sources ».

Game_of_thrones_retour_aux_sources_william_blanc

Pareillement, vous pourrez aussi connaître le lien entre cette images de la série et l’enluminure en dessous, réalisé en 1408 en France dans des circonstances particulières.

Game of Thrones Générique
Le lion des Lannister, le cerf des Baratheon et le loup des Stark à l’assaut du dragon des Targaryen.

Bonne lecture.

SI le sujet de Game of Thrones vous intéresse, n’hésitez pas à lire cet autre article sur notre site.

William Blanc

Aucun commentaire sur Game of Thrones : retour aux sources

Les maisons aux images – les plafonds peints au Moyen âge

Voilà une très belle vidéo réalisée par les équipes du CNRS, glanée sur internet, consacrée à un aspect méconnu de l’art médiéval. « Dans tout l’arc méditerranéen, à la fin du…

plafonds_peints_2

Voilà une très belle vidéo réalisée par les équipes du CNRS, glanée sur internet, consacrée à un aspect méconnu de l’art médiéval.

« Dans tout l’arc méditerranéen, à la fin du Moyen Âge, les princes, les prélats, des nobles et de grands marchands ont commandé pour leurs demeures de grands décors dont les plafonds peints étaient une pièce maîtresse. »

« Une attention particulière y fut donnée aux closoirs, ces planchettes glissées entre les solives pour cacher le disgracieux espace vide qui les séparent. Les historiens Monique Bourin et Pierre-Olivier Dittmar, ainsi que des conservateurs du patrimoine, des archéologues et des restaurateurs nous font découvrir le sens et la fonction sociale de ces images dans l’univers domestique médiéval. En effet, ces images, sont pour le commanditaire une mise en scène de soi dans son cadre de vie habituel, mais elles sont aussi données à voir à tous ceux qui pénètrent dans ces salles décorées, ancêtres des murs de facebook.

plafonds_peints_1

Y sont figurées en bonne place des armoiries, celles des grands de ce monde (rois et papes), mais surtout celles du maître des lieux (et de son épouse), et de son réseau d’alliances. Des visages y sont peints, ainsi que quelques inscriptions. Tout un monde animal, réel ou fantastique; hybride à corps d’animal et à tête humaine, y est représenté. A quoi s’ajoutent de nombreuses scènes de vie, dont certaines truculentes renvoient aux fonctions du corps, d’autres à des comportements de transgression. Cependant, ces plafonds peints sont encore loin d’avoir révélé tous leurs secrets. Au travers de différents sites, tels que le palais archiépiscopal de Narbonne, et le château des archevêques à Capestang et plusieurs demeures du beau village de Lagrasse, nous découvrons les questions que se posent les chercheurs et certaines techniques scientifiques qui les aident. Outre l’héraldique souvent très précise, la dendrochronologie permet de dater avec précision des pièces de bois issues de la charpente des plafonds peints. Par le prélèvement d’échantillons sont identifiés les pigments et leur valeur. Pendant longtemps, et malgré le talent de nombreux peintres qui s’y sont exercés, ce type d’art a été peu étudié car considéré comme mineur en comparaison de la grande peinture. Dans les années 1990-2000, l’anthropologie, en s’intéressant aux images dites populaires, le remet au goût du jour. Ce regain d’intérêt n’est cependant pas dénué de risque pour ce patrimoine convoité. »

Texte du CNRS.

Aucun commentaire sur Les maisons aux images – les plafonds peints au Moyen âge

Bayard, un cheval légendaire médiéval

On connaît le chevalier Bayard, sans peur et sans reproche, héros des guerres d’Italie. Pourtant, au Moyen Âge, lorsque le nom de Bayard est prononcé, c’est à un cheval que…

Bayard et Maugis, pèlerins chrétiens – Paris, BnF, Arsenal, ms. 5074, folio 46 v.
Bayard et Maugis, pèlerins chrétiens – Paris, BnF, Arsenal, ms. 5074, folio 46 v.

On connaît le chevalier Bayard, sans peur et sans reproche, héros des guerres d’Italie. Pourtant, au Moyen Âge, lorsque le nom de Bayard est prononcé, c’est à un cheval que l’on faisait référence, dont la légende, bien plus que celle de son homonyme humain, a fait le tour de l’Europe occidentale. Bayard, c’est la monture sans laquelle la révolte des quatre fils Aymon contre Charlemagne n’aurait jamais pu réussir. Bayard, c’est le destrier qui a défié un empereur.

Retour sur un mors illustre avec cet article disponible aujourd’hui en téléchargement libre et gratuit en cliquant sur ce lien ou sur l’image ci-dessous.

Charlemagne, mauvais roi, n’est pas digne d’être le cavalier de Bayard – Paris, BnF, Arsenal, ms. 5073, folio 281 v.
Charlemagne, mauvais roi, n’est pas digne d’être le cavalier de Bayard – Paris, BnF, Arsenal, ms. 5073, folio 281 v.
La première enluminure montrant les quatre fils Aymon chevauchant Bayard, datant du début du XIVe siècle – Paris, BnF, ms. fr. 766 folio 93.
La première enluminure montrant les quatre fils Aymon chevauchant Bayard, datant du début du XIVe siècle – Paris, BnF, ms. fr. 766 folio 93.

William Blanc

2 commentaires sur Bayard, un cheval légendaire médiéval

Réenchanter le monde roman

« Loin de nos représentations figées, les églises romanes étaient des lieux de vie. Avec leur ouvrage Le monde roman, trois chercheurs nous invitent à voir au-delà de la pierre nue…

Un chapiteau à Saint-Pierre de Mozat, à Mozac (Puy-de-Dôme). A gauche, le poisson chevauché, symbolisant la coopération humain-animal. A droite, le poisson soumis.
Un chapiteau à Saint-Pierre de Mozat, à Mozac (Puy-de-Dôme). Photo : GAHOM/CRH-EHESS.

« Loin de nos représentations figées, les églises romanes étaient des lieux de vie. Avec leur ouvrage Le monde roman, trois chercheurs nous invitent à voir au-delà de la pierre nue pour redécouvrir la Création foisonnante et heureuse de l’An Mil.
Dépouillement. Voilà le premier mot qui vient à l’esprit lorsque l’on rentre dans une église romane, que ce soit la magnifique abbatiale Sainte-Foy de Conques ou la très belle basilique Saint-Sernin de Toulouse. C’est que nous avons trop l’habitude d’opposer le foisonnement architectural du gothique (terme à l’origine péjoratif inventé au XVIe siècle) à une simplicité romane (catégorie, quant à elle, crée au XIXe siècle). Nous ne sommes pas aidés par notre perception actuelle qui réduit ces édifices à de simples objets de curiosité inanimés.
Et pourtant, que de vie dans une église romane ! « Les animaux sont partout, sous différentes formes » nous explique Pierre-Olivier Dittmar… »
Pour en savoir plus, vous pouvez télécharger l’article complet en cliquant sur ce lien.

Bonne lecture.

MOnde_roman_Couverture

William Blanc

Aucun commentaire sur Réenchanter le monde roman

Type on the field below and hit Enter/Return to search