Catégorie : Archéologie

Alésia, une histoire

« « Alésia ? Connais pas ! Je ne sais pas où se trouve Alésia ! Personne ne sait où se trouve Alésia »… La phrase de René Goscinny est devenue…

« « Alésia ? Connais pas ! Je ne sais pas où se trouve Alésia ! Personne ne sait où se trouve Alésia »… La phrase de René Goscinny est devenue incontournable, tant elle est le reflet d’une polémique bien actuelle autour d’une bataille de titans, vieille de 2067 ans…

Porte orientale du camp C, pendant la fouille du site archéologique d'Alésia (vers 1992)
Porte orientale du camp C, pendant la fouille du site archéologique d’Alésia (vers 1992) Crédits : © Photo aérienne de René Goguey

De fait, Alésia serait une fille de l’air, si certains ne la voient nulle part, d’autres la verraient partout ! Justement, Jean-Louis Brunaux, à défaut de la voir partout… la cherche !

Site naturel d’exception, des mythes ou légendes d’origines grecques auraient été à l’origine de la naissance d’Alésia. Même Diodore de Sicile en aurait parlé ! Et cela, bien avant la chute de la fameuse cité des Mandubiens, l’effondrement de la Gaule libre et indépendante… 

L’histoire d’Alésia s’avère être celle d’un étonnant lieu de culte celtique, où, vers 150 avant notre ère, des banquets sacrés se sont déroulés au sommet de son plateau. Cette ferveur religieuse perdurera durant l’Antiquité. 

Monument dédié à la déesse Ucuetis sur le site d'Alésia
Monument dédié à la déesse Ucuetis sur le site d’Alésia
Crédits : © DEA / G. DAGLI ORTI Getty

Alésia est surtout l’objet d’une étonnante polémique dépassant l’archéologie, celle de quelques quarante prétendantes se voulant lieux d’histoire et de mémoire, dont les communes d’Alaise, Aloise, Alièze, Alès, voire Aluze… la dernière, Syam-Chaux-les-Crotenay, se veut, elle aussi, l’incontournable site évoqué dans le bellum galicum. »

>>> Site du Muséo parc d’Alésia

>>> Page wikipédia de Jean-Louis Brunaux

Bibliographie

A la recherche d’Alésia : des légendes grecques au lieu de mémoire,Jean-Louis Brunaux, Armand Colin, 2019

Les Gaulois : vérités et légendes, Jean-Louis Brunaux, Perrin, 2018

Intervenants

  • Jean-Louis Brunaux, directeur de recherche au CNRS (Laboratoire d’archéologie de l’ENS)

Emission Carbone 14 diffusée sur les ondes de France Culture, le dimanche 21 avril 2019.

Production : Vincent Charpentier ; Réalisation : Vanessa Nadjar avec la collaboration de Sandrine Chapron

Retrouver les émissions de Fréquence Antiquité à cette adresse.

Aucun commentaire sur Alésia, une histoire

Fréquence médiévale : les royaumes mérovingiens

De Clovis à Dagobert, l’histoire des Mérovingiens a souvent été résumée à une série d’images d’Épinal, entre vase de Soissons et rois fainéants. Mais que sait-on réellement de cette période…

De Clovis à Dagobert, l’histoire des Mérovingiens a souvent été résumée à une série d’images d’Épinal, entre vase de Soissons et rois fainéants. Mais que sait-on réellement de cette période ? Pour en apprendre plus, nous avons invité au micro de Fréquence médiévale l’historien Bruno Dumézil qui écrit une BD passionnante (illustrée par Hugues Micol), Les Temps Barbares, publiée dans la collection L’Histoire dessinée de la France.
Bonne lecture et bonne écoute :

Pour en savoir plus sur les Mérovingiens, vous pouvez lire un extrait de la bande dessinée Les Temps Barbares en cliquant sur ce lien.

Merci à Exomène, le lanceur de francisque le plus rapide à l’ouest du Pecos, pour le montage

William Blanc

Aucun commentaire sur Fréquence médiévale : les royaumes mérovingiens

Fréquence médiévale : épées, haches et lances au Moyen âge.

L’épée ou la hache du chevalier est immanquablement attachée à l’image que nous avons du Moyen Âge (pensez à Excalibur et aux épées légendaires dont nous avons parlé ici). Mais…

L'épée Joyeuse, dite "épée de Charlemagne"
L’épée Joyeuse, dite « épée de Charlemagne »

L’épée ou la hache du chevalier est immanquablement attachée à l’image que nous avons du Moyen Âge (pensez à Excalibur et aux épées légendaires dont nous avons parlé ici). Mais comment se fabriquait une épée ou une hache à l’époque féodale ? Comment la maniait-on ? Pour en savoir plus, nous avons eu le plaisir d’interviewer Fabrice Cognot, docteur en archéologie qui, au cours de sa thèse, s’est livré à un travail de reconstitution des gestes liés à l’épée, en forgeant des armes à la manière médiévale puis, en pratiquant les arts martiaux historiques européens.
Bonne écoute.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à télécharger la thèse (« L’armement médiéval : les armes blanches dans lescollections bourguignonnes. Xe – XVe siècles. ») de Fabrice Cognot dans son intégralité en suivant ce lien.
Fabrice Cognot est aussi forgeron et coutelier professionnel. Pour voir son travail, n’hésitez pas à vous rendre sur son site : http://www.historicalbladesmith.com/
Merci à Exomène, le maître d’arme des MP3, pour le montage et les séances de joutes à Pendragon !

William Blanc

Un commentaire sur Fréquence médiévale : épées, haches et lances au Moyen âge.

Les Vikings pour tous !

Voilà un bien bel ouvrage que ce Vikings ! écrit par l’archéologue Vincent Carpentier et coédité par l’INRAP et Actes Sud Junior. Conçu pour la jeunesse, ce livre de 78…

Vikings_carpentier_IMAGE_1

Voilà un bien bel ouvrage que ce Vikings ! écrit par l’archéologue Vincent Carpentier et coédité par l’INRAP et Actes Sud Junior.
Conçu pour la jeunesse, ce livre de 78 pages n’en demeure pas moins une véritable mine d’informations qui permet au lecteur de sortir des clichés concernant les peuples scandinaves du Moyen âge (vous savez, les casques à cornes) et que l’on retrouve parfois dans des séries récentes (rappelez-vous, nous en parlions ici). Construit autour de doubles pages mariant textes d’une grande clarté et de superbes illustrations de Jeff Pourquié, l’ensemble permet d’explorer tous les aspects des sociétés vikings. Les classiques sont là. Vincent Carpentier laisse ainsi une large place aux explorations et aux expéditions (y compris celles vers l’Amérique du Nord), aux navires (dont le fameux langskip appelé communément un drakkar) mais aussi aux personnages célèbres, comme l’inévitable Rollon ou le siège de Paris en 885. Mais, à côté de cela, s’appuyant sur les découvertes récentes de l’archéologie et de l’histoire, l’auteur invite les lecteurs à découvrir des aspects méconnus de la société viking, comme l’esclavage, mais aussi l’usage… des skis.

Bref, Vikings ! constitue un parfait livre pour s’initier à l’histoire des anciens Scandinaves, dans lequel les petits, mais aussi les grands, trouveront leur compte, et ce pour une somme plus qu’accessible (14,90 euros).
Bonne lecture.

9782330066215_vikings_page_1
9782330066215_vikings_page_2
9782330066215_vikings_page_3
9782330066215_vikings_page_4

William Blanc

Aucun commentaire sur Les Vikings pour tous !

Fréquence médiévale : mines et mineurs du Moyen âge

Un village fantôme, jadis peuplé de mineur, maintenant abandonné. Non, vous n’êtes pas dans un western, mais dans le Dauphiné médiéval, à Brandes. Ce site archéologique, fouillé depuis de nombreuses…

IMAGE 1 : Les vestiges de l'église de Brandes, sans doute l'un des plus hauts lieux de culte médiévaux jamais retrouvés en Occident.
IMAGE 1 : Les vestiges de l’église Saint-Nicolas de Brandes, sans doute l’un des plus hauts lieux de culte médiévaux jamais retrouvés en Occident (cliché F. Peloux).

Un village fantôme, jadis peuplé de mineur, maintenant abandonné. Non, vous n’êtes pas dans un western, mais dans le Dauphiné médiéval, à Brandes. Ce site archéologique, fouillé depuis de nombreuses années, est situé à 1800 mètres d’altitude, ce qui fait de lui le plus hameau médiéval jamais retrouvé.
Pour parler de cet étrange sujet, de ces mineurs du Moyen âge, Fréquence médiévale a eu le plaisir de recevoir Fernand Peloux, l’un des auteurs, avec Marie-Christine Bailly-Maître et Hélène Viallet, du livre L’histoire si curieuse des mines de Brandes (PUG, 2015).
Bonne écoute.

À lire également sur le même sujet : Marie-Christine Bailly-Maître, L’argent : du minerai au pouvoir dans la France médiévale (Picard, 2002).
Vous pouvez également, cet hiver (et cet été) visiter le musée d’Huez et de l’Oisans, qui consacre une exposition aux mines d’argent du Moyen Âge.
Merci à Exomène de s’être aventuré dans les sombres galeries de la technique pour monter cette émission.

William Blanc

IMAGE 2 : Le site du village médiéval de Brandes, avec, au fond, la station moderne de l'Alpe d'Huez.
IMAGE 2 : Vue sur le village de Brandes, chaque creux correspond à une maison. Les traces blanches constituent les traces des anciens monticules de baryte, minéral dans lequel se trouve le plomb argentifère qui a été exploité. Au loin, la station de l’Alpe-d-Huez, qui a entraîné la destruction de nombreux vestiges. (cliché F. Peloux)
IMAGE_3_couverture_brandes
Aucun commentaire sur Fréquence médiévale : mines et mineurs du Moyen âge

Au Moyen Âge, on se lavait avec du miel !

Au Moyen Âge, on se lavait avec du miel. C’est la stupéfiante découverte qu’a faite en Allemagne une équipe d’historiens chargé d’étudier les manuscrits de l’abbaye de Saint-Vix, non loin…


Au Moyen Âge, on se lavait avec du miel. C’est la stupéfiante découverte qu’a faite en Allemagne une équipe d’historiens chargé d’étudier les manuscrits de l’abbaye de Saint-Vix, non loin de la ville de Baden-Baden. Après avoir passé l’un des pages de l’un d’eux au scanner, les spécialistes en codicologie ont découvert que certaines enluminures avaient été peintes sur des inscriptions plus anciennes du Xe siècle détaillant un traité d’herbologie écrit par un moine appelé Wurf de Tenser. Outre des recettes de décoction, celui-ci explique que le meilleur moyen d’être propre (car on se lavait beaucoup au Moyen Âge !) consiste à se nettoyer avec du miel frais mélangé à du vinaigre auquel on pouvait rajouter du thym pour donner à l’ensemble une odeur plaisante. Cette recette était selon Wulf l’un des meilleurs moyens d’avoir les membres vifs et de garder la peau propre.
Les chercheurs prévoient de reconstituer l’étrange savon de Wulf de Tenser afin de voir si elle était réellement efficace. Nous en saurons plus bientôt. Ils n’ont par contre pas désiré tenter une autre recette du moine qui propose de se brosser les dents avec une pâte faite d’argile mélangée avec des têtes de poissons…

Aucun commentaire sur Au Moyen Âge, on se lavait avec du miel !

Des archéologues ont retrouvé le vase de Soissons !

C’est officiel ! Après de longues fouilles entamées en mars 2017 sur le site de Saint-Marcellin-du-Mont (Aisne), des archéologues ont annoncé officiellement avoir retrouvé et identifié le fameux vase de…


C’est officiel ! Après de longues fouilles entamées en mars 2017 sur le site de Saint-Marcellin-du-Mont (Aisne), des archéologues ont annoncé officiellement avoir retrouvé et identifié le fameux vase de Soissons.

Rappelons brièvement les faits. Selon l’Histoire des Francs de Grégoire de Tours, lors du pilage de la ville par les troupes du roi des Francs Clovis en 486, un des guerriers présents désire, contre l’avis du souverain, garder pour lui un vase précieux appartenant à l’évêque local. Face au refus du monarque, l’homme de troupe, furieux d’être dépossédé de ce qu’il estimait être son bien, prend sa francisque et brise l’objet d’un coup net. L’affaire n’en reste pas là. Un an plus tard, lors d’une revue de détail, Clovis retrouve le guerrier et jette ses armes au sol, au prétexte qu’elles sont mal entretenues. Lorsque le soldat se baisse pour les ramasser, le jeune roi, à la surprise générale, lui fend le crâne en criant « souviens-toi du vase de Soissons. » On a longtemps pensé que ce récit avait été inventé par Grégoire de Tours un siècle après les faits afin de magnifier, avant même son baptême, la piété d’un Clovis désireux de défendre les biens de l’Église. On a aussi dit que cette histoire avait été déformée par les manuels d’histoire de la IIIe République afin d’apprendre aux jeunes élèves les vertus de l’obéissance. Eh bien non. Le vase existe ! Retrouvé au fond d’une tourbe, non loin d’un ensemble de tombes datant de l’époque mérovingienne, il est reconnaissable, explique le communiqué de l’équipe archéologique, à sa forme dite « boulière », typique de l’époque, et aux éclats de francisque retrouvée à ses côtés. Il se distingue par des décorations qui semble indiquer une origine méditerranéenne où l’on aperçoit notamment des peintures montrant des navires, des vagues et des poissons… plein de poissons.

Nous vous tiendrons évidemment informés des développements concernant cette fabuleuse découverte.

William Blanc

2 commentaires sur Des archéologues ont retrouvé le vase de Soissons !

Les maisons aux images – les plafonds peints au Moyen âge

Voilà une très belle vidéo réalisée par les équipes du CNRS, glanée sur internet, consacrée à un aspect méconnu de l’art médiéval. « Dans tout l’arc méditerranéen, à la fin du…

plafonds_peints_2

Voilà une très belle vidéo réalisée par les équipes du CNRS, glanée sur internet, consacrée à un aspect méconnu de l’art médiéval.

« Dans tout l’arc méditerranéen, à la fin du Moyen Âge, les princes, les prélats, des nobles et de grands marchands ont commandé pour leurs demeures de grands décors dont les plafonds peints étaient une pièce maîtresse. »

« Une attention particulière y fut donnée aux closoirs, ces planchettes glissées entre les solives pour cacher le disgracieux espace vide qui les séparent. Les historiens Monique Bourin et Pierre-Olivier Dittmar, ainsi que des conservateurs du patrimoine, des archéologues et des restaurateurs nous font découvrir le sens et la fonction sociale de ces images dans l’univers domestique médiéval. En effet, ces images, sont pour le commanditaire une mise en scène de soi dans son cadre de vie habituel, mais elles sont aussi données à voir à tous ceux qui pénètrent dans ces salles décorées, ancêtres des murs de facebook.

plafonds_peints_1

Y sont figurées en bonne place des armoiries, celles des grands de ce monde (rois et papes), mais surtout celles du maître des lieux (et de son épouse), et de son réseau d’alliances. Des visages y sont peints, ainsi que quelques inscriptions. Tout un monde animal, réel ou fantastique; hybride à corps d’animal et à tête humaine, y est représenté. A quoi s’ajoutent de nombreuses scènes de vie, dont certaines truculentes renvoient aux fonctions du corps, d’autres à des comportements de transgression. Cependant, ces plafonds peints sont encore loin d’avoir révélé tous leurs secrets. Au travers de différents sites, tels que le palais archiépiscopal de Narbonne, et le château des archevêques à Capestang et plusieurs demeures du beau village de Lagrasse, nous découvrons les questions que se posent les chercheurs et certaines techniques scientifiques qui les aident. Outre l’héraldique souvent très précise, la dendrochronologie permet de dater avec précision des pièces de bois issues de la charpente des plafonds peints. Par le prélèvement d’échantillons sont identifiés les pigments et leur valeur. Pendant longtemps, et malgré le talent de nombreux peintres qui s’y sont exercés, ce type d’art a été peu étudié car considéré comme mineur en comparaison de la grande peinture. Dans les années 1990-2000, l’anthropologie, en s’intéressant aux images dites populaires, le remet au goût du jour. Ce regain d’intérêt n’est cependant pas dénué de risque pour ce patrimoine convoité. »

Texte du CNRS.

Aucun commentaire sur Les maisons aux images – les plafonds peints au Moyen âge

Fréquence médiévale : Château-Thierry au Moyen Âge

Fréquence médiévale part à la découverte de la forteresse médiévale de Château-Thierry (Aisne) en compagnie de Sébastien Ziegler, responsable du service du Patrimoine et de l’unité d’archéologie de la commune….

Fréquence médiévale part à la découverte de la forteresse médiévale de Château-Thierry (Aisne) en compagnie de Sébastien Ziegler, responsable du service du Patrimoine et de l’unité d’archéologie de la commune. Il nous présente l’histoire médiévale de cette ville et le travail des archéologues pour mettre en valeur son exceptionnel patrimoine féodal qui comprend notamment les vestiges des plus grandes cuisines médiévales d’Europe !
Bonne écoute :

Merci à Exomène pour le montage.
Merci à Marjolaine pour la mise en relation et l’accueil.

William Blanc

Aucun commentaire sur Fréquence médiévale : Château-Thierry au Moyen Âge

Type on the field below and hit Enter/Return to search