Catégorie : Antiquité

L’épopée de Gilgamesh

« Du XXVe au VIIe siècle avant notre ère circulait en Mésopotamie un texte qui racontait la quête de ce roi bâtisseur des remparts d’Uruk : Gilgamesh. La force de cette…

« Du XXVe au VIIe siècle avant notre ère circulait en Mésopotamie un texte qui racontait la quête de ce roi bâtisseur des remparts d’Uruk : Gilgamesh. La force de cette épopée, son ampleur et son souffle lui ont valu la célébrité dans tout le Proche-Orient ancien, avant d’être redécouverte au XIXe s.

Gilgamesh terrassant le Taureau célestre, lithographie d'Ernest Wallcousins (1883-1976), extraite des "Mythes de Babylone et d'Assyrie" de Donald A. Mackenzie (1915)
Gilgamesh terrassant le Taureau célestre, lithographie d’Ernest Wallcousins (1883-1976), extraite des « Mythes de Babylone et d’Assyrie » de Donald A. Mackenzie (1915) Crédits : Historical Picture Archive/CORBIS Getty

Emmanuel Laurentin et Victor Macé de l’Epinay s’entretiennent avec Bertrand Lafont, sumérologue, directeur de recherches au CNRS, du fameux récit épique mésopotamien qui relate les aventures de Gilgamesh et de son tendre ami Enkidu, puis à la mort de ce dernier, le long voyage qu’entreprend Gilgamesh pour assouvir sa quête d’immortalité… jusqu’à son retour chez lui où il achèvera l’une de ses plus grandes réalisations : la construction de la muraille d’Uruk.

Gilgamesh – dont le nom signifie « l’ancêtre est un jeune héros » – est-il un personnage historique ? 

Bertrand Lafont : Il est possible que Gilgamesh ait été roi d’Uruk au tout début de la civilisation mésopotamienne, vers 2 650 avant notre ère. Mais on n’a jamais trouvé de trace, de preuve définitive de son existence. Une chose est sûre : il est devenu après sa mort un héros de légende, et il est fascinant de pouvoir suivre pendant 2 000 ans la façon dont cette histoire est devenue une épopée.

Faut-il chercher une historicité à ce récit ? En voyant dans l’expédition de Gilgamesh dans la forêt de Cèdres une métaphore de l’expansion d’une civilisation au-delà de ses frontières par exemple ? Ou faut-il le lire seulement comme une leçon de vie adressée à ses lecteurs ?

Bertrand Lafont : Le début et la fin du texte sont une célébration de la ville d’Uruk et de son roi. Le prologue dit « A Uruk, il y a un roi sage mais vous allez voir comment il était avant et ce qu’il a fallu qu’il traverse avant d’accéder à cette sagesse. » L’épopée de Gilgamesh est avant tout le récit d’un parcours initiatique. Certains commentateurs ont pu dire qu’elle était à la fois une Iliade et une Odyssée : une Iliade parce qu’elle raconte les nombreux combats de ses héros, et une Odyssée parce que la seconde partie raconte la quête initiatique de Gilgamesh, avant son retour au pays.

Textes lus par Nathalie Kanoui

C’est lui qui fit édifier les murs d’Uruk les clos et du saint Eanna trésor sacré (…) Monte déambuler sur les remparts d’Uruk ! Scrutes-en les fondations, contemples-en le briquetage ; tout cela n’est-il pas briques cuites ? Et les sept sages, en personne, n’en ont-ils pas jeté les bases ? Trois cents hectares de ville, autant de jardins, autant de terres vierges. C’est l’apanage du temple d’Eshtar. Avec ses mille hectares, tu couvres du regard l’entier domaine d’Uruk.

Épopée de Gilgamesh, traduction de Jean Bottéro, Gallimard »

Site archéologique d'Uruk dans le sud de l'Irak (vers 3 300 av. J.-C.)
Site archéologique d’Uruk dans le sud de l’Irak (vers 3 300 av. J.-C.)
Crédits : Marc DEVILLE/Gamma-Rapho Getty

Pour aller plus loin…

Bibliographie

L'Epopée de Gilgamesh. Le grand homme qui ne voulait pas mourir.

L’Epopée de Gilgamesh. Le grand homme qui ne voulait pas mourirJean Bottéro et anonyme, Gallimard, 1992

La Mésopotamie : de Gilgamesh à Artaban : 3300-120 av. J.-C., Aline Tenu, Bertrand Lafont, Francis Joannès et Philippe Clancier, Editions Belin, 2017

Intervenants

  • Bertrand Lafont, assyriologue et sumérologue, directeur de recherche au CNRS

Emission La Fabrique de l’Histoire diffusée sur les ondes de France Culture, le dimanche 15 avril 2019.

Production : Vincent Charpentier ; Réalisation : Vanessa Nadjar avec la collaboration de Sandrine Chapron

Production : Emmanuel Laurentin ; Production déléguée : Séverine Liatard, Anaïs Kien, Victor Macé de Lépinay avec la collaboration deCéline Leclère, Aurélie Marsset, Marion Dupont Réalisation : Marie-Laure Ciboulet, Thomas Dutter, Renaud Dalmar, Séverine Cassar, Anne Fleury

Aucun commentaire sur L’épopée de Gilgamesh

Alésia, une histoire

« « Alésia ? Connais pas ! Je ne sais pas où se trouve Alésia ! Personne ne sait où se trouve Alésia »… La phrase de René Goscinny est devenue…

« « Alésia ? Connais pas ! Je ne sais pas où se trouve Alésia ! Personne ne sait où se trouve Alésia »… La phrase de René Goscinny est devenue incontournable, tant elle est le reflet d’une polémique bien actuelle autour d’une bataille de titans, vieille de 2067 ans…

Porte orientale du camp C, pendant la fouille du site archéologique d'Alésia (vers 1992)
Porte orientale du camp C, pendant la fouille du site archéologique d’Alésia (vers 1992) Crédits : © Photo aérienne de René Goguey

De fait, Alésia serait une fille de l’air, si certains ne la voient nulle part, d’autres la verraient partout ! Justement, Jean-Louis Brunaux, à défaut de la voir partout… la cherche !

Site naturel d’exception, des mythes ou légendes d’origines grecques auraient été à l’origine de la naissance d’Alésia. Même Diodore de Sicile en aurait parlé ! Et cela, bien avant la chute de la fameuse cité des Mandubiens, l’effondrement de la Gaule libre et indépendante… 

L’histoire d’Alésia s’avère être celle d’un étonnant lieu de culte celtique, où, vers 150 avant notre ère, des banquets sacrés se sont déroulés au sommet de son plateau. Cette ferveur religieuse perdurera durant l’Antiquité. 

Monument dédié à la déesse Ucuetis sur le site d'Alésia
Monument dédié à la déesse Ucuetis sur le site d’Alésia
Crédits : © DEA / G. DAGLI ORTI Getty

Alésia est surtout l’objet d’une étonnante polémique dépassant l’archéologie, celle de quelques quarante prétendantes se voulant lieux d’histoire et de mémoire, dont les communes d’Alaise, Aloise, Alièze, Alès, voire Aluze… la dernière, Syam-Chaux-les-Crotenay, se veut, elle aussi, l’incontournable site évoqué dans le bellum galicum. »

>>> Site du Muséo parc d’Alésia

>>> Page wikipédia de Jean-Louis Brunaux

Bibliographie

A la recherche d’Alésia : des légendes grecques au lieu de mémoire,Jean-Louis Brunaux, Armand Colin, 2019

Les Gaulois : vérités et légendes, Jean-Louis Brunaux, Perrin, 2018

Intervenants

  • Jean-Louis Brunaux, directeur de recherche au CNRS (Laboratoire d’archéologie de l’ENS)

Emission Carbone 14 diffusée sur les ondes de France Culture, le dimanche 21 avril 2019.

Production : Vincent Charpentier ; Réalisation : Vanessa Nadjar avec la collaboration de Sandrine Chapron

Retrouver les émissions de Fréquence Antiquité à cette adresse.

Aucun commentaire sur Alésia, une histoire

Fréquence Antiquité : les légions romaines

Fréquence médiévale quitte le temps d’une émission le Moyen âge pour s’aventurer dans l’Antiquité et parler des légions romaines et de l’organisation militaire de l’Empire romain. Pour découvrir ce vaste,…

Fréquence médiévale quitte le temps d’une émission le Moyen âge pour s’aventurer dans l’Antiquité et parler des légions romaines et de l’organisation militaire de l’Empire romain. Pour découvrir ce vaste, très vaste sujet, nous avons invité à notre micro Yann Pedron Flores qui a consacré un mémoire aux armées impériale au IIIe siècle de notre ère.
Bonne écoute :

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à lire le livre de Pierre Cosme, L’armée romaine. VIIIe s. av. J.-C.-Ve s. ap. J.-C., Armand Colin, 2012.
Vous pouvez également aller sur le site de la troupe de reconstituteurs de la Légion VIII Augusta qui se spécialisent dans l’histoire des légions romaines.

Merci à Exomène, le centurion des platines, pour le montage.

William Blanc

Aucun commentaire sur Fréquence Antiquité : les légions romaines

Type on the field below and hit Enter/Return to search